(seconde partie)

Nouveaux objectifs

Solmar à ses débuts“Au début, la plus grande partie de notre flotte était constituée par des véhicules appelés C, comme la vieille Renault 5 ou la Seat 900, mais désormais, il existe plus de variété, incluant de grandes voitures, des remorques et des décapotables” indique le propriétaire de l’entreprise.

Ce dernier explique que “les clients allemands n’aiment pas les véhicules de fabrication coréenne, car ils ne les trouvent pas sûres, tandis que les russes sont des passionnés de voitures de sport et de décapotables de luxe”.

En 2008, propulsée par un grand réseau dans tout le pays et grâce á des alliances stratégiques avec les aéroports et les groupes hôteliers, l’entreprise fonctionnait avec 14.000 véhicules.

“A l’époque, on conduisait la même voiture durant 4 ou 5 ans. Actuellement, la durée de vie d’une voiture de location se réduit á 6-12 mois, vous pouvez donc imaginer l’investissement que cela demande », ajoute t’il.

Pour cette raison, les entreprises de location de voitures dépendent beaucoup des collaborations avec les banques, qui leur accordent des aides financières.

Tout le secteur, y compris Solmar, a été durement touché par la crise  bancaire postérieure au crash financier de fin 2008.

“Nous avions connu l’une de nos meilleures années et, comme beaucoup d’autres entreprises, nous avons eu besoin de remplacer une bonne partie de notre flotte, quand les banques ont soudainement semblées disparaître. De toutes mes années de travail, je n’avais jamais vu une chose similaire. On est passé d’hypothèques généreuses á un retrait total des services, nous laissant complètement á sec. Cela a menacé sérieusement une industrie saine et  prospère”, ajoute t’il.

Antonio Hernández, fidèle á sa nature, surmonta la crise qu’affrontait son entreprise et qui menaçait de détruire tout ce dont pourquoi il avait lutté durement et durant toutes ces années.

En trouvant des sources externes de financement, il assura le futur de son entreprise, même si pour cela, il dut payer le prix fort:  un plan personnel de stock-options.

“Cela nous a au moins permis de re-fonctionner normalement. Les banques le feront également, même si nous avons commencer á négocier directement avec les branches financières des principaux fabricants de véhicules, comme Peugeot et Fiat ; nous passerons donc peut être á un système de leasing et ainsi, ne plus être aussi dépendants des banques dans le futur”, explique Antonio.

Pour le moment, il est heureux de faire ce qu’il aime (mener son entreprise avec justesse dans des eaux troubles, tout en profitant de la vie dans une partie du monde particulièrement agréable).

Le couple participa même aux milles kilomètres du circuit de Jarama, animé par son fils Sergio, un pilote de courses qui a participé aux séries GP2 avec Hamilton et Alguarsuari, et par leur fille qui participa á la Coupe Hyundai.

Cela semble être une passion adéquate pour une famille qui a créée une entreprise conçue grâce á l’omniprésence de l’automobilisme.

www.solmar.es