Santiago Grisolía – une vie au service de la science (I)


(première partie)

A tout juste 13 ans,  lorsque la Guerre Civile éclata en Espagne, les parents de Santiago Grisolia ont pensé que le mieux á faire était de l’éloigner du danger et ils déménagèrent á Cuenca, où son père avait des connaissances á l’hôpital local. Bien plus grand que la majorité des jeunes de son âge, Santiago prenait le risque d’être recruté pour aller á la guerre, donc, au lieu d’aller au collège, il déménagea de Valence á Cuenca pour travailler á l’hôpital de la ville.

José Ribes Bas, Santiago Grisolía et Michel CruzSantiago a dû mûrir rapidement, mais, grâce á ses dons intellectuels et á sa fascination pour la chimie et la médecine, il réussit á s’adapter rapidement á ce nouvel environnement. Sa grande capacité d’adaptation et sa persévérance, acquis très jeune, sont devenus des traits de sa personnalité qui, de plus, ont joué un rôle tout aussi important que ses qualités professionnelles tout au long de sa considérable carrière académique et en tant que chercheur scientifique.

Un début prématuré

A cause de son jeune âge, on a tout d’abord donné á Santiago les tomes de chimie et médecine afin qui les étudie avant de pouvoir devenir un employé de l’Hôpital de Cuenca. Sans avoir de formation académique officielle et étant toujours un adolescent, il faisait office d’anesthésiste. Dans un pays en pleine guerre, le jeune Santiago a du mûrir face á la situation, en assumant de grandes responsabilités et en gagnant le respect des professionnels. « Au fond de moi, j’étais encore un enfant”, se souvient Santiago, actuellement professionnel renommé de la recherche. “J’étais attiré par le respect qu’inspirait les médecins et je pensais que la blouse blanche nous donnait une apparence sérieuse et élégante. De plus, mon travail me fascinait. C’est ainsi que, dès lors, j’ai clairement su que je voulais devenir médecin”.

A l’âge de 18 ans, Santiago a continué á ressentir une sorte de prédilection pour les uniformes blancs. A cette époque, la guerre était déjà finie, et il a eu l’idée de s’engager dans la Marine. « Les uniformes donnent une apparence encore plus élégante que les blouses blanches des médecins mais, par chance, mes parents ont réussi á me convaincre qu’il fallait avant tout faire des études de médecine pour ensuite voir si je souhaitais devenir un médecin de la Marine ». Durant cette époque, sa famille vivait toujours á Cuenca et Santiago  commença tout d’abord par étudier á l’Université de Madrid pour ensuite aller á celle de Valence, quand son père, qui travaillait dans une banque, fut muté de nouveau vers sa ville natale. Il finit ses études á l’âge précoce de 21 ans et c’est alors qui fit la connaissance de Jose Garcia Blanca, scientifique réputé qui avait travaillé avec le fameux Tannhauser en Allemagne. Garcia Blanca deviendra quelqu’un d’important pour le futur de Santiago, en ayant été son tuteur en chimie et celui qui l’aida á perfectionner les méthodes de recherche tandis qu’il travaillait en tant qu’ interne á l’Université de Valence.

“J’ai participé á plusieurs études et j’ai également publié plusieurs articles. Le système de bourses pour la recherche en Espagne en était á ses débuts et les possibilités étaient très limitées. Le meilleur moyen de compléter et d’améliorer sa formation était de trouver un poste á l’étranger. Ce fut précisément ce que m’a conseillé de faire le professeur Garcia Blanca.” L’occasion s’est présentée peu de temps après la Seconde Guerre Mondiale, lorsque le Marquis de Aillon, haut fonctionnaire du ministère de l’information, organisa une bourse pour New York pour les chercheurs espagnols. «  J’ai été sélectionné pour rejoindre un petit groupe de représentants élus. Nous étions accompagné du Père Sobrino, qui est devenu notre tuteur, et veillait á ce que nous ne fassions pas le ridicule et  que nous nous comportions comme de bons ambassadeurs de notre pays ».

Lire la seconde partie

Vous avez aimé cet article?

S'abonner pour recevoir automatiquement les derniers articles:

Vous avez aimé cet article?

S'abonner pour recevoir automatiquement les derniers articles:




Les commentaires sont fermés actuellement.

Abonnement au Sens du Réel
   RSS  RSS

Chercher à Sens du Réel

Suivez le Sens du Réel sur
Changez la police
  mayorGrande         normalNormale
Liens
Formulaire de contact rapide
S'il vous plaît remplir tous les champs
 

Catégories
Archives
Articles plus récents
À propos
Ce blog est le produit de l'effort collaboratif des amis et associés de Rimontgo, première agence immobilière de luxe en Espagne, qui markete et vend les plus belles propriétés depuis 1959.
Meta